Imaginé en 1822 par un physicien français, Joseph Fourier, à travers son ouvrage : « Théorie de la chaleur », il faudra encore attendre une quarantaine d'années pour que le brevet d’une fenêtre dite de « verre isolé » soit déposé par l’américain Thomas Stetson. Malgré tout, cette formidable invention a dû patienter jusqu’en 1930 afin d’être produite à l’échelle industrielle.

Doubles vitrages, doubles chocs pétroliers

Le double vitrage, dont le principe de l’isolation thermique autant que phonique réside en fait dans la lame d’air qui sépare deux vitres fixées ensemble, n’a réellement été utilisé qu’à la fin des années 70. Il aura fallu en effet subir deux chocs pétroliers pour qu’il s’impose vraiment entre nos « murs ».

Le distributeur d’énergie au meilleur prix, est-ce la solution ?

L’économie de chauffage que vous voulez réaliser n’est sûrement pas liée à votre distributeur d’énergie (ils se valent à peu près tous), mais plutôt à l’isolation de votre lieu de vie. En effet, économiser l’énergie en hiver c’est garder la chaleur à l’intérieur, en été, c’est la garder à l’extérieur. Moins de chauffage en hiver, moins de clim en été, le résultat : une habitation parfaitement isolée et des économies conséquentes.

Le réchauffement climatique « en verre et contre tout »

Quand on parle de vitrages, on pense naturellement : « bonne isolation pour les mois les plus froids, et donc économies ». Cependant nous pensons rarement que certaines de ces parois de verre nous protègent également de la chaleur extérieure. Cela dépend alors des isolants thermiques employés. Dans un avenir proche, l’isolation pour lutter contre le réchauffement climatique va se développer à vitesse grand V. Si dans les périodes chaudes nous voulons éviter l’utilisation massive de climatiseurs, nous aurons besoin d’isoler davantage nos appartements et maisons avec des doubles ou triples vitrages plus performants encore. « L’isolation pour le climat », le bon chemin pour rénover votre isolation, à commencer par nos vitres.

Du sur mesure, le choix du roi !

Le double vitrage de base se compose de deux vitres distantes l’une de l’autre, et il est séparé par une lame d’air. Il ne contient aucun gaz isolant mais fait tout de même preuve d'efficacité. Cela suffit généralement à insonoriser une pièce et garantir l’équilibre thermique. Sa résistance aux chocs lui assure un bon niveau de sécurité. Il faut tout de même s’assurer du bon état des fenêtres. Si votre fenêtre n’a pas été bien entretenue au fil des années, vous risquez d’avoir des problèmes d’étanchéité. Un vitrage double, même le plus performant, serait alors inopérant.

En ce qui concerne le modèle VIR (vitrage à isolation renforcée), il joue vraiment son rôle dans les zones à fort trafic routier ainsi qu’à proximité des gares et des aéroports. L’isolation renforcée de ces vitres par le gaz argon a pour effet d'emmagasiner rapidement la chaleur du soleil, ce qui est agréable par temps froid mais s’avère excessif sous des fenêtres donnant plein sud. Il est possible d’atténuer cet effet de serre en installant un double vitrage anti réfléchissant.

Il est vrai que le gaz argon, ou le krypton, renforcent l’isolation de vos vitrages, mais une couche d’atomes d’argent améliore également ses performances thermiques. Le vitrage renforcé intercepte alors le rayonnement émis par les infrarouges et renvoie la chaleur dans la pièce. Il est bon de rappeler que les performances énergétiques dépendent aussi du choix du châssis. Que la structure soit en PVC, en aluminium ou en bois, les différences seront tout de même, au final, minimes. En somme, le choix du vitrage est le plus important, surtout que les vitrages à isolation renforcée sont 4 à 5 fois plus compétitifs que les doubles vitrages classiques. La fenêtre en PVC semble être la plus appréciée compte tenu de son entretien très pratique et économique. En comparaison, le bois demande à être entretenu régulièrement avec des lasures ou des peintures. Les fenêtres en aluminium sont réputées pour leur sécurité et bénéficient d’un large choix de couleurs. Un mixte bois/alu est aussi prisé chez les particuliers.

Pour vos baies vitrées et verrières de toits, un double vitrage feuilleté avec gaz argon est recommandé pour sa réactivité aux chocs. En cas de brisure, le vitrage feuilleté reste compact et solidaire. Il ne peut éclater et évite ainsi des blessures importantes. Il en est de même pour le double vitrage sur mesure à isolation phonique. Il se compose d’un verre simple, d’une lame d’argon (6 à 12 mm) et d’un verre feuilleté acoustique. L’épaisseur de verre est notable (17 mm minimum). Ce modèle, tout comme le VIR est parfaitement adapté aux logements proches des gares, des zones aériennes ainsi que les routes à trafic dense. Le confort thermique est assuré et la vitre anti-intrusion des plus rassurante.

Ce double vitrage anti-effraction contient un film PVB (film en résine plastifié) qui est associé à la zone d’air. Pourvu d’un double verre feuilleté SP10, il est parfait pour vos baies vitrées, vos boutiques, ainsi que vos espaces de bureaux. Ces vitres sont sécurisées en cas d’explosion. Elles protègent au mieux les personnes de blessures qui pourraient être sérieuses avec un vitrage moins résistant.